Anxieux, nerveux, trop confiant, brouillon… En animant une réunion, vous êtes submergé par vos émotions ou devenez hors sujet ? René Moulinier épingle six profils désastreux mais… perfectibles.

    La réunion d’équipe exige du manager qu’il orchestre la participation de tous, en restant attentif à la salle. Or, certains leaders sont excessifs dans leur comportement. Egocentrés, ils s’écoutent beaucoup, dérivant, omettant que l’assemblée est là pour travailler. Voici des conseils afin d’éviter de perdre en crédibilité.

    Vous avez de la prestance, une belle voix… Cela peut plaire en réunion. Mais le risque est que tout le monde zappe l’objectif du moment.

    1. Le Dédaigneux… qui a besoin qu’on l’écoute

    Chef, il aime avoir sa cour autour de lui. Les réunions du lundi matin ne sont pas toutes indispensables mais c’est un rituel auquel l’équipe est priée de se conformer. Condescendant, il monologue et informe. Exemple : “Cette année, les congés devront être pris du 15 juillet au 15 août”. Pourtant, une circulaire ou un mail “à tous” aurait suffi pour transmettre ce genre de décision.
    Vous vous reconnaissez ? Les gens qui courbent l’échine en réunion vont alimenter radio-moquette dès que vous aurez le dos tourné. Et ce ne sera pas à votre avantage ! Autant faire l’effort de s’impliquer et de prévoir des réunions qui ont du sens.

    2. Le Lecteur… soporifique

    Vissé à sa chaise, il se contente de lire son topo, les yeux rivés à ses écrits, ce qui le rassure. Animer n’est pas son truc, mais il se croit obligé de le faire parce qu’il est le patron. Du coup, sa voix monocorde et son immobilisme affaiblissent la portée de son message.
    Vous vous reconnaissez ? Déléguez le job d’animateur à quelqu’un dans l’équipe qui en a le talent. Soignez la préparation à deux. En parallèle, exercez-vous à parler sans notes pour pouvoir reprendre la main… plus tard.

    3. Le Marathonien… aux “pas perdus”

    A l’inverse du “lecteur”, il est atteint de bougeotte, arpentant de long en large l’espace qui lui est dédié tout en parlant. Trompant son anxiété, il dépense son trop-plein d’énergie, pensant impulser une dynamique. Mais c’est bien la sienne et pas celle de l’assistance. Du coup, les participants, distraits par ses allées et venues, en arrivent à compter ses pas (“59, 60, 61…”). Plus personne n’écoute.
    Vous vous reconnaissez ? Rien ne vous empêche de faire un tour amical de la salle une fois ou deux. Vous pouvez aussi canaliser votre tonus en utilisant le feutre et le “paper board” : vous y inscrirez alors des mots-clés ou les points essentiels de la discussion.

    4. Le Gribouille… dans la dispersion

    Désordonné, brouillon, il farfouille dans ses documents, ne retrouve pas le transparent idoine. Il a besoin de cette “paperasse” autour de lui pour se sentir bien mais il s’y perd. Ce qui fait beaucoup rire la salle. Parfois même il improvise, comptant sur son expérience ou son aisance en public. Oublieux de l’objectif, il laisse l’assemblée “flotter”.
    Vous vous reconnaissez ? Efforcez-vous de visualiser et de mémoriser l’endroit où vous reposez les choses sur la table. Elaborez la veille un conducteur de la réunion avec, en gros et en rouge, les thèmes primordiaux à aborder. A consulter souvent.

    5. L’Avachi… sans considération

    Vautré sur sa chaise ou sa table, il débite ses notes mot à mot, comme s’il était tout seul. Or c’est à lui de faire vivre les échanges. C’est lui le leader, le patron de la rencontre. Sa posture physique n’est conforme ni à la situation ni à ce qu’attendent les gens.
    Vous vous reconnaissez ? Prenez conscience que vous n’êtes pas là pour vous mais pour les autres. Redressez-vous ou restez debout. Adaptez votre tenue vestimentaire, ni trop chic ni trop cool, afin qu’elle ne parasite pas ce que vous dites. Soyez respectueux sur la forme (et le fond).

    6. Le Théâtral… beau parleur

    Acteur refoulé, il a de la prestance, une belle voix dont il aime jouer. Avec des effets de manche, il quête l’admiration des autres. Ce qui peut plaire. Mais le risque est que tout le monde zappe l’objectif du moment. Davantage camelot, il est prêt à tout pour faire passer ses idées surajoutant sans cesse des arguments. Il finit par saouler son public.
    Vous vous reconnaissez ? Oubliez les “applaudissements” pour vous recentrer sur le sujet du jour. Economisez vos gestes. Ecoutez, donnez la parole, faites-la tourner.

    René Moulinier est l’auteur de “Mener une réunion efficace”, Eyrolles, 2011

    Sources : lentreprise.lexpress.fr – par Marie-Madeleine Sève , publié le 09/04/2015 à 21:21 , mis à jour le 13/04/2015 


    formation de formateur, train the trainer, animation de réunion, prise de parole en public, luxembourg et bruxelles,Formez-vous à la prise de parole en public : Formation de Formateurs Bruxelles, Luxembourg

    L’observation a montré que 8 formateurs sur 10 n’ont pas d’impact suffisant auprès de leurs auditeurs par manque de congruence. Connaître son sujet, être passionné par ce que l’on enseigne ne suffit pas, pour susciter l’intérêt de son public, il faut de la puissance, du charisme et de la prestance.

    Objectifs : cette formation de formateur a pour objectif de vous faire travailler sur 3 axes de compétences :

    • Compétences Techniques : transmettre des connaissances
    • Compétences Relationnelles : manager un groupe
    • Compétences Emotionnelles : donner de la vision à un groupe


    Thèmes

    Historique




    Skip to toolbar